Mars à l’Ecole Claude Peyrot

lundi 16 avril 2012
par  Martine Astor

MARS A L’ECOLE
CLAUDE PEYROT

La Carrièra Drecha

Louis Joulié poursuit en égrenant les commerces de la rue Droite.

Jol beffroi l’ainat Gasc fasiá
Mercand de volalha, especiariás.
Vendent pas a la mòda anciana,
L’especiariá « la Parisenca ».
Per crompar chipelet, missal,
Anavem aquò de Roussèl.
Un farmacian a barba grisa,
Qu’i cobrissiá còl e camisa
N’aviá pas res del charlatan,
Donava d’aire a Pelletan.
Parguel, un crane talhandièr,
Cotels de tanaires, de blanquièrs.
Jammes que fasiá de capèls,
De feutre fach en pials de pels.
Albouy, mercand de faiença,
De las melhoras marcas de França.
Foissac, lo pichon cordonièr,
Que d’efans qu’aquel òme aviá !....
Peguret ambe sa barbicha,
Ajent la clientèla rica.
Cal pas oblidar l’omenon,
Qu’apelavan « Caussinhagon » :
Aviá ben un pauc la lenga espessa
Mas per vendre, quanta finessa !....
Es vertat qu’èretz plan servit.
Teniá que l’article polit.
« Aquò vos coifa a la meravilha…
Article recebut la velha…
Aurètz un supèrbe capèl…
Sambucy a pres lo parièr. »
Muret, sos articles de pesca,
Merças mai o mens frescas.
Monsur Py, sos abilhaments,
Plan faches e fòrts elegants.
Bieyssa cabdèt, cadis, indiana,
Estòfa novèla o anciana.
Un droguista, un apoticari,
Per un sòu ne balhent pas gaire.
Figarò que fòrt plan rasava,
E per tres sòus vos perfumava.
Capeludas e batedors,
Pòrres de vinha, reponchons,
De bren a plena caçairòla,
Aquò de « Marion de Balà ».
Un pauc pus bas monsur Granièr,
Qu’èra un abil relòtgièr.
Tres fraires del Gard o de Seta,
Teulon qu’aviá la camba regda,
Fasián de còcas, de crocants,
De berlingaus e de fondents.
Balmefrezòl sa merçaria,
Ribans e passamantariá.

(de seguir) Loís Julié (1892)

JPEG - 95.5 ko
En 1900 : L’Epicerie Parisienne, rue Droite (photo 62, Un Siècle d’Images Millavoises)s

En 1900 : L’Epicerie Parisienne, rue Droite (emplacement de l’actuel marchand de fromage Le Buron). Tenue par Pierre Annaud on la retrouvera boulevard de l’Ayrolle, face au lycée de garçons, après un incendie en mai 1907 (photo 62, Un Siècle d’images millavoises).

Proverbes du mois

JPEG - 105.6 ko
Pignes et petits chênes (Photo Martine Astor)
  • 1) L’ivèrn n’es pas anat tant que la luna de març a pas tresluçat.
  • 2) Per Sant-Andiu cultiva ton vaciu.
  • Se lo cultivas pas, al mes de març l’escorgaràs.
  • Par Pascas l’auràs pas
  • o per Sant-Joan lo tondràs pas.
  • 3) Los pins fan pas de roves.
  • 4) Sept caçaires, sept pescaires, sept trufaires. Vingt e un guses.

Alienòr d’Aquitània e Loís VII lo Jove

Alienòr d’Aquitània representava un formidable partit ambe sas províncias, de quant mai espandidas que lo pichon domeni capecian ! Demai la filha èra mai que polida, supèrba planta, d’une « beltat pivelaira » dison los contemporanèus.
Un treslusent maridatge se faguèt en la catedrala Sant Andrieu de Bordèus. Una neneta espeliguèt.
En 1147 s’organisèt una novèla crosada presicada per sant Bernard. Avèm dich que Alfons-Jordan s’èra portat volontari.
Mas es lo rei Loís VII que prenguèt lo comandament dels Crosats franceses. Las femnas volguèron pas demorar enrè per aquela aventura. La jove e arderosa Alienòr foguèt de las premièiras, e l’òm i vegèt tanben la comtessa de Tolosa, Faidida de Roèrgue, acompanhant son espós.
Una aventura per totes, e un plan long camin que passava per Constantinòpla, puèi lo país dels Turcs. Una dura espròva per las santats. Alfons-Jordan, tanlèu arribat, morirà davant Cesarea, empoisonat probablament.
Un còp aval, Alienòr, viva, despensièira, cercarà d’oblidar dins las festas, ambe lo solelh e las flors, los pensaments d’aquel viatge. Lo rei Loís VII, per la domdar, de tròp li far lo morre, li agrièt lo còr. La fendascla comencèt aital, jorn après jorn. Aquel malurós Loís VII n’es bravament responsable.
Quand dintrèron en França, los còrs s’endevenián pas plus. En Sicilia, Alienòr se diguèt malauta e i perlonguèt son sejorn. Dintrat sol a París, Loís VII trabalhèt a far anullar son maridatge. Se trobèt una amassada d’eclesiastics complasents per recomandar l’anullacion canonica (1152).
L’òm s’estona qu’una idèia, tan desastrosa per sa corona, age poscut traucar dins la clòsca d’aquel rei. Lo lucid abat Suger aviá tempestat, mas l’avián pas escotat.
Dos meses après tot a pena, Alienòr se consolava dins los braces aculhidors d’un Enric Plantagenèst, comte d’Anjau, duc de Normandiá e futur rei d’Angletèrra (1154).
Las tèrras d’Alienòr ambe lo Peitau e l’Aquitània èran una verquèira reiala.
Loís VII aviá pas acabat de regretar sa bestisa e França de la pagar.

(extrach de Pajas de memòria per nòstra Occitània, de Maurici Bòni, Grelh Roergàs, 2003)

La rue Droite

JPEG - 77 ko
Epicerie Gasc (Millau en images, p. 159)

Sous le Beffroi, Gasc l’aîné faisait,
Marchand de volaille, épicerie.
Ne vendant pas à la mode ancienne,
L’épicerie « La Parisienne ».
Pour acheter chapelet, missel,
Nous allions chez Roussel.
Un pharmacien à barbe grise,
Qui lui couvrait col et chemise,
N’avait rien du charlatan,
Il ressemblait à Pelletan1.
Parguel, un fier taillandier,
Couteaux de tanneurs, de mégissiers.
Jammes qui faisait des chapeaux,
De feutre fait en poils d’épilage.
Albouy, marchand de faïence,
Des meilleures marques de France.
Foissac, le petit cordonnier,
Que cet homme avait d’enfants !...
Péguret avec sa barbiche,
Ayant la clientèle riche.
Il ne faut pas oublier le petit homme,
Qu’on appelait « Caussignagou » :
Il avait bien un peu la langue épaisse,
Mais, pour vendre, quelle finesse !....
Il est vrai que vous étiez bien servi,
Il n’avait que du bel article :
" Cela vous coiffe à merveille ;
Article reçu de la veille ;
Vous aurez un superbe chapeau ;
Sambucy a pris le semblable. »
Muret, ses articles de pêche,
Marchandises plus ou moins fraîches.
Monsieur Py, ses habits,
Bien faits et fort élégants
Bieysse cadet, cadis, indienne,
Etoffe nouvelle ou ancienne.
Un droguiste, un apothicaire
Pour un sou donnant bien peu.
Figaro qui rasait fort bien,
Et pour trois sous vous parfumait.
Coussinets et battoirs,
Poireaux de vigne, pissenlits,
Du son à pleine casserole,
Chez « Marion de Bala ».
Un peu plus bas monsieur Granier,
Qui était un horloger habile.
Les frères Teulon (du Gard ou de Sète)
L’un d’entre eux avait une jambe raide,
Faisaient des coques, des croquants,
Des berlingots et des fondants.
Balmefrezol, sa mercerie,
Rubans et passementerie.

(à suivre) Louis Julié (1892)

1. Pelletan : député des Bouches-du-Rhône (1881-1912), sénateur des Bouches-du-Rhône (1912-1915), membre fondateur du parti radical-socialiste (1901), ministre de la Marine dans le cabinet Emile Combes (1902-1905), il montra de la sympathie pour les grévistes de Marseille (1904) et vota la Séparation de l’Eglise et de l’Etat (1905).

20 ans après, en 1912

20 ans après, en 1912, selon l’édition des Guides Méridionaux (documentation Michel Arlès), certains de ces commerces étaient toujours connus à Millau.
- Gasc (Auguste), 17, rue Droite (avec une autre épicerie 1, rue du Mandaroux) ;
- Parguel (Marius), coutelier, est parti 30, rue des Fasquets.
- Jammes (Antoine), est chapelier au 12, rue Droite.
- Albouy (Jules) a son commerce de faïences au n° 8 de cette rue.
- Le cordonnier Foissac s’est installé au 6, rue Bernard-Lauret.
- Caussignac (Charles) est chapelier au 8, rue Droite. Le diminutif Caussignagou le distingue sans doute de Caussignac (Eugène) qui vit (et ne travaille plus) à la même adresse.
- Léon Py est parti exercer ses talents de tailleur au 6, boulevard De Bonald.
- Enfin Albert Granier est toujours horloger au 22, rue Droite.
- En 1900, Bieysse (Hilarion) tient son commerce de nouveautés au 6, rue Droite, alors que Bieysse (Victorin) exerce le même commerce 5, place aux Fuits (place du Marché, place du Maréchal-Foch).

Proverbes du mois

  • 1) L’hiver ne s’en est pas allé tant que la lune de mars n’est pas entrée dans son plein (le 8 mars). Un proverbe de la contrée de Nant le dit dans les mêmes termes pour la lune d’avril (le 6 avril).
  • 2) Pour Saint-André prends (30 novembre) soin de ton troupeau non productif (agneaux devenus adultes, brebis réformées). Si tu n’en prends pas soin, au mois de mars tu les abattras, pour Pâques tu ne les auras pas et pour Saint-Jean tu ne les tondras pas.
  • 3) Les pins ne font pas des chênes (se dit pour montrer avec évidence que tel trait physique ou psychologique présenté par un enfant est déjà présent dans l’un des deux parents). En français on dit : « Les chats ne font pas des chiens ».
  • 4) Sept chasseurs, sept pêcheurs, sept chercheurs de truffes. Vingt-et-un gueux (pour dire que ces diverses activités sont de peu de rapport).

Aliénor d’Aquitaine et Louis VII le Jeune

Aliénor d’Aquitaine représentait un formidable parti avec ses provinces bien plus étendues que le petit domaine capétien ! De plus la fille était plus que jolie, superbe plante, d’une « beauté fascinante » disent les contemporains.
Un splendide mariage se déroula dans la cathédrale Saint-André de Bordeaux. Une fillette naquit.
En 1147, s’organisa une nouvelle croisade prêchée par saint Bernard. Nous avons dit que Alfonse Jourdain s’était porté volontaire.
Mais c’est le roi Louis VII qui prit le commandement des Croisés français. Les femmes ne voulurent pas être de reste dans cette aventure. La jeune et ardente Aliénor ne fut pas la dernière et l’on y vit aussi la comtesse de Toulouse, Faidide de Rouergue, accompagnant son époux.
Une aventure pour tous, et un bien long chemin qui passait par Constantinople puis le pays des Turcs1. Une dure épreuve pour la santé. Aussitôt arrivé, Alphonse Jourdain mourra devant Césarée, probablement empoisonné2.
Une fois là-bas, Aliénor, active, dépensière, cherchera à oublier dans les fêtes avec le soleil et les fleurs, les soucis du voyage. Pour lui avoir trop boudé afin de la mettre à la raison3, Louis VII mit de l’amertume dans son cœur. Le fossé commença ainsi, jour après jour, à se creuser entre eux. Ce malheureux Louis VII en fut gravement responsable.
Quand ils rentrèrent en France4, leurs cœurs ne battaient plus à l’unisson. En Sicile, Aliénor prétexta la maladie et prolongea son séjour. Rentré seul à Paris, Louis VII travailla à faire annuler son mariage. Il se trouva une assemblée d’ecclésiastiques complaisants pour recommander l’annulation canonique (1152).
On s’étonne qu’une idée aussi désastreuse pour sa couronne, ait pu germer dans la tête de ce roi. Le lucide abbé Suger avait donné libre cours à sa colère, mais ils ne l’avaient pas écouté.
A peine deux mois après, Aliénor se consolait dans les bras accueillants d’Henri Plantagenêt, comte d’Anjou, duc de Normandie et futur roi d’Angleterre (1154).
Les terres d’Aliénor avec le Poitou et l’Aquitaine étaient un héritage royal.
Louis VII n’avait pas fini de regretter son erreur et la France de la payer.

(extrait de Pages de mémoire pour notre Occitanie, de Maurice Boni, Grelh Roergàs, 2003)

1. Il s’agit de la deuxième Croisade. On arrivait par voie terrestre à travers la péninsule hellénique jusqu’à Constantinople, on passait le détroit du Bosphore, on traversait l’actuelle Turquie (empire byzantin, sultanat seldjoukide de Rom) et on se dirigeait vers le sud en direction de la Palestine.
2. Une des causes de la bouderie royale : l’aventure d’Aliénor avec son oncle Raymond de Poitiers, prince d’Antioche.
3. Alphonse Jourdain, comte de Toulouse, avait choisi la voie maritime en embarquant près du site du futur Aigues-Mortes (la Tour de Bouc). Parti en août 1147, il fait une étape en Italie et se trouve à Saint-Jacques-d’Acre en avril 1848. Ayant revendiqué pour lui le comté de Tripoli, il mourra à Césarée 3 mois après, empoisonné par son petit-neveu Raymond II ou bien par Mélisende de Jérusalem.
4. Une croisade « pour des prunes » : de cette croisade (1147-1149) qui fut un échec total dû à la mésentente entre chefs croisés et à la prédominance des intérêts particuliers sur les intérêts généraux, on ramena en Europe la prune d’ente à l’origine du pruneau d’Agen et qui fut multipliée dans le monastère bénédictin de Clairac (Lot-et-Garonne). L’expression « pour des prunes » serait issue de cet épisode de notre histoire.


Aliénor d’Aquitaine, 552 pages, Payot, 2004.

L’ECOLE CLAUDE PEYROT EST UN ATELIER DE LA SOCIÉTÉ D’ETUDES MILLAVOISES. Cet atelier se réunit chaque mardi de 16 heures à 18 heures au local de la SEM, 16 A, boulevard de l’Ayrolle.


Commentaires